samedi 18 mars 2017

Belle Justine

Texte s'adressant à un public adulte
Genre : Réaliste
788 mots


Pauvre Justine. Justine, si pleine de soins pour son apparence, si belle. Tomber dans une telle disgrâce. Sa chevelure de miel est saturée de crasse et de graisse. N’y a-t-il donc personne, en cet hôpital infâme, qui puisse lui faire sa toilette ?

Pauvre Justine. Elle qui, depuis sa plus tendre jeunesse, a toujours fait montre d’une coquetterie sans faille. La voilà tombée bien bas.

Et cette lune de marbre, si indifférente devant la fatalité. Tel un phare aveugle, ses rais blafards se posent sur le lit. Satanée lune. Sous son fiel, le teint de Justine se ternit, se fane. Sa grisaille laisse craindre à Lorraine le pire, mais non. Belle Justine respire encore.

Illusion. Illusion d’optique, farce macabre jouée par la lune. L’horloge de Justine n’a pas encore sonné la fin de sa course. Il reste un peu de temps, des miettes de temps en réserve. Le temps de décider. Ou de laisser aller.

Dans la boîte à chaussures de Lorraine sommeillent des dizaines de photographies. Triées sur le volet, elles relatent les moments marquants du passage de Justine sur cette terre. Terre de larmes en ces heures funestes, mais aussi terre de rires avant que le malheur ne frappe.

Première photographie : Belle Justine, dans les bras de sa mère Sylvie. Bout de chou à la frimousse fripée, aux petits petons tout plissés. Une nouvelle nièce pour Lorraine, la première, la seule : sa sœur n’aura jamais d’autre rejeton. Ce bébé dans ses bras à elle, la tante malhabile, si émue, si incrédule devant ce miracle de la vie.

Prochaine photographie : Belle Justine couchée sur Choupette, l’épagneule à la patience d’ange. Toutes ces années de pur bonheur. Justine qui traversait sans vergogne la haie de la cour arrière pour venir rejoindre la chienne de sa tante. Ces années qui ont vu la fillette et sa meilleure amie s’ébattre sur la pelouse de Lorraine. Jusqu’à ce que Choupette trépasse et que la mort les sépare. La mort. Qui attend peut-être aussi Justine.

Un nouvel instantané, plus rigolo celui-là. La première balade en autobus de Justine. Sa première journée d’école. La mère et la tante, complètement anéanties, qui se sont ensuite soutenues l’une et l’autre le moral, pleurant, assises sur le perron, incapables de vaquer à leurs occupations quotidiennes. Une étape à franchir, à accepter. Belle Justine ne pouvait pas stagner à cette étape pour toujours. La vie passe, elle avance et il faut suivre la parade. Ainsi en va-t-il du destin inéluctable de tous les êtres humains.

Les gâteaux garnis de bougies enflammées. Les photographies scolaires, une pour chaque année du primaire. Les déguisements de princesse. Les châteaux de sable.

Pour chasser les larmes qui s’écoulent sur ses joues, Lorraine feuillette rapidement les photographies jusqu’à la dernière du lot : le bal de graduation de Justine. Robe en cascade jusqu’aux chevilles, chignon aux mèches savamment disposées, maquillage digne d’une vedette. Justine si rayonnante aux bras de son cavalier du moment. Un parmi tant d’autres, car Justine avait l’embarras du choix.

Le couvercle se referme sur la boîte. Comme sur un cercueil. Tant de souvenirs et si peu d’espoir. Un seul espoir, mais si chargé de risques et de conséquences…

Roger, le mari de Lorraine, rejette avec force cette option. Leurs deux fils sont envahis par la peur eux aussi. Rien de plus normal. La terreur habite aussi Lorraine. Elle la poursuit jusque dans ses cauchemars, chaque jour depuis le verdict du spécialiste.

Toutefois, Lorraine n’oublie pas sa promesse, cette promesse qu’elle a faite à Sylvie, juste avant qu’elle ne passe l’arme à gauche. Elle ne l’oubliera jamais. Ces mots qu’elle a alors prononcés sont gravés dans sa mémoire.

— Je te promets de prendre soin de ta Justine comme si elle était ma propre fille.

Belle Justine doit vivre. Elle doit poursuivre sa route, ce chemin qu’elle arpente depuis sa naissance, il y a de cela dix-huit hivers. Il faut qu’elle connaisse les erreurs de la vingtaine, qu’elle comprenne les leçons de la trentaine, qu’elle s’enchante devant l’apaisement de la quarantaine.

Justine doit pouvoir donner la vie à son tour, afin que perdure son essence si unique dans les générations futures. Elle doit aimer, aimer pour une semaine, pour un mois, pour toujours. Dénicher l’âme sœur, celui qui saura combler son cœur. Elle doit se chercher, se trouver, s’épanouir.

La réponse jaillit en Lorraine, si forte, si puissante, qu’elle ne tente plus de la rejeter. L’âme en paix, elle sourit. Les risques et les conséquences feront partie du lot et elle les assumera. Elle tiendra sa promesse. Dès que Justine sortira des bras de Morphée, elle lui apprendra la bonne nouvelle.

Oui, elle accepte. Oui, Lorraine accepte de donner l’un de ses reins à sa belle Justine.


**********
Notes de l'auteure

Ce texte a été publié en 2012 dans la revue Virages #60. Je n'y ai rien changé avant de le mettre ici.

J'aurais bien du mal, aujourd'hui, à retracer la source de cette histoire. J'ignore comment elle m'a été inspirée, est-ce bête! (d'habitude, je suis pas mal capable de retourner aux tous débuts et de dire d'où l'inspiration m'est venue)

Chose certaine, le thème de la famille, une fois de plus, est bien présent dans ce texte. Le sacrifice, aussi. Ce sont deux thèmes (comme bien d'autres) qui ne me quitteront jamais, je crois. J'aurai beau écrire à leur sujet, ils feront toujours partie de moi!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire